Zur Haupt-Navigation Direkt zum Inhalt

Actions

Portefeuille plus stable et rendement excédentaire à long terme

En tant qu'investisseur institutionnel, vous êtes pris entre les contraintes de votre budget risque et la pression des rendements. Pour atteindre vos objectifs en matière de rendements, vous devez vous exposer à des risques plus importants. Nous vous proposons une solution de placement intelligente - avec notre optimisation durable de portefeuille, basée sur les risques (risque minimum), vous disposez d'une marge de liberté et de diverses options stratégiques:

  • Réduire le niveau de risque en conservant la même part d'actions
  • Augmenter la part d'actions en conservant le même niveau de risque - ce qui permet d'améliorer les rendements

Les indices boursiers standards ne sont pas efficients

Les indices standards pondèrent les actions selon leur taille (capitalisation boursière). La recherche sur les marchés financiers confirme que ces indices n'offrent pas un rapport rendement-risque optimal (ratio de Sharpe). La composition des portefeuilles pourrait être optimisée.

Le service d'optimisation de portefeuille d'OLZ répond à ce problème.

Dans un univers de placement en actions, nous pronostiquons le profil de risque de chaque action et déterminons en conséquence la composition optimale d'un portefeuille. Notre objectif consiste à créer le portefeuille qui présente le moins de risques ou, en termes plus spécialisés, «le portefeuille à variance minimale ex-ante».

Un portefeuille plus stable: L'optimisation de portefeuille basée sur les risques permet, grâce à une meilleure diversification, de bénéficier d'une plus grande sécurité, avec un niveau de risque plus faible et des pertes maximales réduites.

Des rendements à long terme supérieurs à la moyenne du marché: Le portefeuille à variance minimale tire le meilleur parti possible de la prime de volatilité basse. En effet, l'expérience a démontré que les actions présentant de faibles variations de cours apportent des rendements supérieurs à la moyenne sur le long terme. Cette prime n'est pas nouvelle, son existence est prouvée depuis plusieurs dizaines d'années.

Un placement durable intégrant des critères ESG

OLZ tient compte de critères écologiques, sociaux et éthiques lors de la composition des portefeuilles (en anglais ESG, pour «Environmental, Social, Governance»).

Les entreprises qui ne répondent pas à certains critères essentiels de durabilité sont exclues de l'univers de placement (critères d'exclusion ESG):

  • Recommandations d'exclusion de l'Association suisse pour des investissements responsables (SVVK-ASIR)
  • Entreprises qui n'adhèrent pas aux critères du Pacte mondial de l'ONU
  • Entreprises qui ont reçu la notation de durabilité la plus basse
  • Entreprises impliquées dans de graves controverses 

Par ailleurs, les entreprises particulièrement durables sont privilégiées et bénéficient d'une pondération plus importante dans l'optimisation de portefeuille d'OLZ (intégration de critères ESG selon le principe du «best in class»).

Pour notre processus de placement, nous nous basons sur les analyses de MSCI ESG Research, une société leader à l'échelle internationale dans le domaine de la recherche et de l'analyse en matière de durabilité.

Un processus de placement systématique

Lors de la composition d'un portefeuille, nous appliquons systématiquement un processus de placement en 3 étapes, sans marge de manœuvre discrétionnaire pour la gestion du portefeuille.

Des caractéristiques de portefeuille claires et prévisibles

L'optimisation de portefeuille systématique d'OLZ permet de réduire la volatilité et les pertes maximales. Alors que l'on peut habituellement s'attendre à de mauvaises performances au cours des phases négatives et volatiles du marché, l'orientation défensive du portefeuille sur des marchés fortement positifs et peu volatils permet généralement d'obtenir des performances moyennes. Sur les marchés légèrement positifs et ceux qui ont tendance à stagner, les stratégies d'OLZ se situent généralement au-dessus des indices de référence.

Comment puis-je investir avec OLZ?

Notre stratégie de placement en actions peut être utilisée sous forme de fonds pour différents marchés boursiers et différentes régions de placement. Certaines valeurs cibles et restrictions spécifiques (univers de placement, tracking error, critères particuliers de durabilité, pondérations maximales, etc.) peuvent être convenues avec le client et prises en compte dans le processus de placement.

Foire aux questions

Quelle est la différence par rapport au MSCI Minimum Volatility Index?

OLZ dispose d'une marge de manœuvre nettement plus importante que le MSCI Minimum Volatility Index pour l'optimisation de ses portefeuilles. Alors que cet index doit respecter une marge de fluctuation étroite de +/-5% par rapport à l'indice de référence, OLZ est beaucoup plus libre dans ses choix d'optimisation des portefeuilles. En fonction des pays et des secteurs, la marge de fluctuation est comprise entre 0% et +10% par rapport à l'indice de référence. Cela permet à OLZ d'exploiter avec beaucoup de liberté et une liquidité optimale les avantages de l'optimisation basée sur une variance minimale.

Comment peut-on expliquer le facteur de prime de volatilité basse?

La prime de volatilité basse (rendements supérieurs à la moyenne d’actions à basse volatilité) est un phénomène observable depuis plus de 40 ans sur les marchés. Cette anomalie des marchés doit son existence aux investissements orientés benchmark que pratiquent la majorité des investisseurs. Si l’indexation en fonction de la capitalisation boursière est très populaire, et même considéré comme le comportement standard, il ne permet pas d’obtenir un portefeuille diversifié de manière efficiente. Les investissements indiciels minimisent la Tracking Error. Les gestionnaires ont tendance à ne s’éloigner du Benchmark que lorsque la récompense (rendements escomptés) s’annonce nettement plus élevée. C’est la raison pour laquelle les titres à hauts risques - „high Beta stocks“ ou titres à bêta élevé – sont préférés (surpondérés) aux titres à basse volatilité (sous-pondérés). Par ce mécanisme, les prix des titres à volatilité basse baissent, tandis que leurs rendements escomptés montent, ce qui contribue à la formation de la prime de basse volatilité. Ces dernières années, la tendance à la mise en œuvre passive de l’indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière a même contribué au renforcement de la prime de basse volatilité.

Un portefeuille de variance minimale peut-il être caractérisé de „Value“?

Des études scientifiques démontrent qu’un portefeuille de variance minimale n’est pas corrélé au facteur Value. Volatilité basse et Value sont deux primes de facteur complémentaires. Ces deux styles de placement peuvent être combinés. Ensembles, ils génèrent plus d’alpha de l’indice pondéré selon la capitalisation boursière.

Les primes de basse volatilité vont-elles subsister?

Les structures et processus auprès des investisseurs institutionnels ne permettent que des modifications lentes. Il faut faire preuve d’un savoir-faire approfondi, d’une solide gouvernance et de courage pour ne pas suivre « la masse » et s’éloigner des comportements standards. Le développement de ces dernières années montre que les investisseurs – institutionnels aussi bien que privés – qui placent en fonction des indices standards, respectivement des portefeuilles moyens, sont de plus en plus nombreux. Le comportement de la majorité des investisseurs en matière de placement – soit, répliquer l’indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière - conduit au maintien de la prime de volatilité basse, et même à son renforcement.

Que se passerait-il si tous les investisseurs investissaient selon l’approche du portefeuille de variance minimale?

Si ce scénario devenait réel, les rendements supplémentaires disparaîtraient. La constitution du portefeuille serait toutefois plus efficiente et mieux diversifiée qu’avec un indice pondéré selon la capitalisation boursière. A rendement escompté égal, l’investisseur qui placerait dans un portefeuille à variance minimale pourrait profiter d’une volatilité plus basse et risquer moins de perte lors des opérations de correction de marché.

Un portefeuille de variance minimale ne conduit-il pas à des solutions extrêmes?

Les limites de chacun des titres, pays et secteurs – soit les restrictions – sont prises en compte lors de l’optimisation, ce qui permet d’éviter les concentrations. Comparés à l’indice standard de variance minimale (p.ex. indice de volatilité minimale MSCI), les portefeuilles de variance minimale OLZ ont nettement plus de degrés de liberté. Chez OLZ, la pondération minimale n’existe pas.

La prise en compte des critères de durabilité entraîne-t-elle une baisse du rendement?

Non. Les caractéristiques risque-rendement de nos stratégies ne sont pas affectées par l'application des critères de durabilité dans le processus de placement. La durabilité est facile à mettre en œuvre, notamment avec une approche de placement axée sur le risque, comme le portefeuille Minimum Variance d’OLZ: Cela n’entraîne ni perte de rendement ni modification de l'approche de placement: L'univers de placement reste suffisamment vaste, d'autant plus que les entreprises avec de faibles fluctuations boursières sont souvent gérées avec prudence. En bref: Minimum variance et durabilité s'harmonisent parfaitement. Vous trouverez de plus amples informations sur l'intégration des critères de durabilité dans le lien OLZ Research Note «Minimum Variance and sustainability: a harmonious relationship».

Zum Footer Zur Startseite