Zur Haupt-Navigation Direkt zum Inhalt

Seule une véritable diversification protège votre portefeuille en temps de crise

Temps de lecture 5 Minuten

La diversification n'est pas compliquée, et pourtant beaucoup la font mal. Avec des conséquences coûteuses en temps de crise.

Les statistiques ne mentent pas : sur le long terme, les actions se comportent mieux que les autres classes d'actifs. Dans une comparaison à long terme de plus de 100 ans, les actions ont rapporté environ 3% de plus en termes réels par an que les obligations et même 6% de plus que l'or. Toutefois, cela ne console guère les investisseurs dont les portefeuilles ont subi des pertes importantes en raison de la crise du Corona.

Une fois de plus, il a été démontré que la valeur des actions fluctue réellement et que les pertes de valeur surviennent de manière soudaine et sans avertissement parce que de nombreux investisseurs ont besoin de liquidités en même temps et vendent leurs investissements précipitamment.

Jusqu'à présent, de nombreux investisseurs sont convaincus d'avoir un portefeuille d'investissement bien diversifié. Et puis ils observent avec horreur que tous leurs investissements commencent à être emportés comme une avalanche, pour ainsi dire, au lieu de se stabiliser les uns les autres. La diversification s'avère être une illusion d'optique. Outre les investissements en actions, le portefeuille comporte d'autres investissements à risque, comme les obligations d'entreprises à haut rendement et à faible notation de crédit ou les investissements illiquides comme les fonds de capital-investissement ou les fonds spéculatifs. Or, lors du krach boursier, il s'est avéré que ces investissements sont tous soumis aux mêmes facteurs de risque et ne contribuent donc pas suffisamment à la diversification, c'est-à-dire à la stabilisation du portefeuille en période de stress.

C'est incontestable: dans le contexte actuel de taux d'intérêt bas, il est difficile d'obtenir un rendement raisonnablement attrayant tout en s'armant contre des pertes de valeur drastiques. La solution au soi-disant dilemme réside dans une "véritable" diversification des portefeuilles.

Il existe des classes d'actifs qui se complètent vraiment: les actions et les obligations d'État de haute qualité. En tant que moteurs de rendement, les actions fournissent la performance nécessaire au portefeuille en période de prospérité. Dans les périodes difficiles, lorsque les actions chutent, les obligations d'État sont recherchées comme valeurs refuges. Leurs prix augmentent ensuite et atténuent la perte de valeur des actions du portefeuille.

Une structure de portefeuille simple, composée d'actions liquides et d'obligations de haute qualité, suffit pour qu'un portefeuille soit bien diversifié. On peut se passer de catégories d'investissement inutilement coûteuses et non transparentes, comme les fonds spéculatifs ou les obligations d'entreprises à haut rendement, qui n'offrent pas de valeur ajoutée supplémentaire en termes de diversification, mais augmentent au contraire les pertes pendant la crise.

Vous souhaitez en savoir plus sur la véritable diversification des portefeuilles? Contactez-nous!

Zum Footer Zur Startseite