Zur Haupt-Navigation Direkt zum Inhalt

Commentaire du marché

2ème trimestre 2020

Temps de lecture 15 minutes
  • Au deuxième trimestre, les banques centrales et les gouvernements ont lancé l'une des reprises les plus impressionnantes de l'histoire des marchés financiers. Généralement, les stratégies basées sur le risque réagissent un peu plus prudemment durant cette phase.
  • Les mouvements du marché impliquent que l'impact négatif du Covid sur les marchés n'est que de courte durée. D'autre part, le renouvellement et la digitalisation de l'économie et des infrastructures se sont accélérés.
  • Le découplage des marchés financiers des dynamiques socio-économiques surprend de nombreux observateurs. Le niveau élevé de la dette et les incertitudes qui entourent le modèle économique basé sur la mondialisation appellent à la prudence.


Des applaudissements aux balcons pour le personnel soignant - et maintenant aussi pour les banques centrales?

Les banques centrales et les gouvernements ont orchestré l'une des plus fortes reprises des marchés de l'histoire à l'aide d'un ensemble de mesures non conventionnelles. Le problème avec de telles mesures: une fois qu'elles sont en place, il est difficile de s'en débarrasser, elles créent une dépendance. Par exemple, une normalisation vers des taux d'intérêt positifs, de bilans des banques centrales en baisse et des montagnes de dettes en diminution ont été un thème récurrent ces cinq dernières années de boom. Mais rien n'a été réalisé. Non seulement les gouvernements, mais aussi les entreprises sont assises sur un niveau de dettes record. Les banques centrales ont pu gagner un peu de temps pour les entreprises concernées et maintenir leur accès au marché du crédit. Toutefois, le risque d'insolvabilité est toujours présent.

La crise du Covid a clairement montré la vulnérabilité des marchés financiers et de l'économie mondiale et a démontré qu'il est grand temps d'adopter un modèle économique plus durable. La mondialisation telle que nous l'avons connue jusqu'à présent, déjà attaquée par de nombreux conflits géopolitiques (par exemple les États-Unis contre la Chine), est maintenant sérieusement remise en question. De nombreux économistes sont préoccupés par les défis structurels et fondamentaux à long terme.

Bottom-up: les analystes et les investisseurs plus confiants

D'autre part, certains investisseurs et analystes se préoccupent davantage des entreprises individuelles que des conséquences à long terme de la crise du Covid sur l'économie mondialisée. Ils ne voient pas la pandémie comme une menace pour notre modèle économique. Au contraire : la crise accélère le renouvellement de l'économie et des infrastructures. Le passé a montré que les banques centrales ne peuvent guère se tromper en nous soutenant. Selon eux, en moyenne, le choc économique ne devrait pas être aussi grave. Un vaccin sera certainement bientôt trouvé, et il devrait y avoir de nouveaux investissements - notamment dans le domaine de l'économie numérique. En d'autres termes, après 3 à 5 ans, nous serons revenus aux niveaux d'avant la crise en termes de bénéfices des entreprises.

Le niveau des prix des actifs risqués reflète les attentes optimistes des analystes, mais les risques du marché restent supérieurs à la moyenne

Dans le sillage des banques centrales, les marchés boursiers ont pu se redresser à une vitesse record après les pertes du mois de mars. Le S&P 500 a connu l'un des plus forts trimestres de son histoire. Le Nasdaq a atteint un nouveau sommet historique. Le S&P 500, le DAX, le SPI et le Nikkei ont tous affiché des baisses à un chiffre - cela vaut la peine d'être noté après un premier trimestre catastrophique. Les valeurs de croissance ont continué à augmenter et leurs valorisations ont atteint des sommets historiques. Les taux d'intérêt mondiaux sont proches de zéro ou inférieurs, ce qui pousse d'autant plus les investisseurs vers des actifs plus risqués tels que les actions. Les actions semblent une fois de plus n'avoir aucune alternative. Malgré la forte reprise, le risque de marché est supérieur à la moyenne à long terme.

Grâce à l'afflux de liquidités fournies par les banques centrales, nous avons constaté un niveau extrêmement élevé d'émissions d'obligations au cours du dernier trimestre - même par des emprunteurs ayant une mauvaise notation de crédit. Les écarts de crédit ont encore diminué. Cependant, nous sommes encore loin du niveau du début de l'année. Le danger de l'insolvabilité ne semble pas encore avoir disparu de l'esprit des investisseurs.

Fort rebond = sous-performance pour les stratégies basées sur le risque

Comme le marché dans son ensemble, nos fonds d'actions ont également gagné au deuxième trimestre et ont ainsi pu compenser une partie des pertes du premier trimestre. Comme on l'a vu à plusieurs reprises, les stratégies fondées sur le risque peuvent difficilement suivre les indices pondérés en fonction du capital dans une forte reprise. Cela a été le cas, par exemple, au lendemain de la crise financière de 2008, et une fois de plus, nos stratégies sont clairement à la traîne. Pour l'instant, les investisseurs se concentrent sur les valeurs technologiques en particulier. La crise du Corona a accéléré la numérisation. L'intérêt pour les entreprises qui offrent des services pouvant être obtenus depuis le domicile a augmenté massivement. Il n'est donc pas étonnant que des entreprises comme Apple, Shopify, Citrix, Zalando et Alphabet aient pu se présenter sous leur meilleur jour. Ces actions sont généralement très appréciées. Leur prix se justifie principalement par des attentes élevées en matière de croissance des bénéfices. Cela s'accompagne généralement d'un risque plus élevé. Notre modèle basé sur le risque, en revanche, privilégie les actions plus stables. La sous-pondération de ces valeurs de croissance a donc contribué à la sous-performance.

Les obligations de haute qualité sont à nouveau demandées après le resserrement des liquidités en mars

Au premier trimestre, nous avons connu une demande de liquidités extrêmement élevée. Cela a conduit à la vente d'obligations d'État de haute qualité. Cela a entraîné de fortes fluctuations, en particulier sur les marchés peu liquides tels que le marché des obligations en francs suisses. Au deuxième trimestre, cependant, les obligations d'État ayant une notation de crédit élevée étaient à nouveau demandées - avec la baisse des taux d'intérêt, on a même enregistré une performance positive. Nos fonds obligataires ont clôturé le trimestre avec un léger retard sur leurs indices de référence respectifs, malgré une meilleure qualité des débiteurs et une durée légèrement inférieure.

Une recette de base éprouvée: la discipline

Nous ne sommes pas en mesure de juger quels seront les effets à long terme (positifs ou négatifs) de la crise du Covid et si les investisseurs optimistes ont raison et si la reprise du marché se poursuivra. Ce que nous pouvons dire, cependant, c'est que les incertitudes n'ont certainement pas diminué ces derniers mois et que la prudence reste de mise pour les investissements de toute nature. Même si les banques centrales peuvent continuer à jouer leurs mesures non conventionnelles et à supprimer la volatilité, nous pensons que notre approche fondée sur le risque est toujours justifiée. Il n'est certainement pas facile de maintenir cette position après une sous-performance manifeste d’un quart. Il faut de la patience et de la discipline. Cependant, le passé nous enseigne que, surtout dans ces situations, la diversification et la gestion des risques doivent rester au centre des préoccupations.

Zum Footer Zur Startseite