Zur Haupt-Navigation Direkt zum Inhalt

Commentaire du marché

4ème trimestre 2020

Temps de lecture 15 minutes
  • Grâce à la vaccination: seul un ralentissement temporaire de la croissance économique est attendu suite à la deuxième vague du Corona. En outre, les banques centrales et les gouvernements préparent la période post-pandémie en prenant de nouvelles mesures de soutien.
  • Après avoir augmenté en septembre et octobre, les indicateurs de risque du marché ont fortement chuté au cours des deux derniers mois de l'année.
  • Les perspectives d'une reprise économique consolidée ont conduit à une reprise plus large qu'aux deuxième et troisième trimestres. À l'époque, les actions à forte composante technologique donnaient le ton.
  • L'augmentation des dépenses (et de la dette) des gouvernements en Europe a rétabli la confiance des investisseurs dans l'Euro, tandis qu'aux États-Unis, la dépréciation du Dollar a continué à s'accentuer.
  • Contrairement aux États-Unis, les titres à revenu fixe ont quelque peu reculé en Europe et en Suisse - en partie à cause d'une dynamique économique plus faible et de perspectives d'inflation moins favorables.
  • Brexit: l'accord est enfin conclu. C'est certainement un signe positif pour les deux parties, même si de nombreux détails n'ont pas (encore) été clarifiés.

La désolidarisation entre l'économie réelle et les marchés financiers se poursuit

La deuxième vague du Corona et le retour des Lockdowns (complets ou partiels) qui l'a accompagnée n'ont suscité que des préoccupations mineures sur les marchés. Une semaine avant la fermeture des bureaux de vote, l'incertitude concernant l'élection présidentielle américaine était également à son comble. En fait, l'indice VIX (une mesure du risque de marché attendu) avait déjà commencé sa descente fin octobre, après avoir fortement augmenté au cours des deux mois précédents. Après un bref répit en septembre et octobre, les marchés des actions ont poursuivi leur ascension presque monotone jusqu'à la fin de l'année - ceci malgré des chiffres d'infection qui ont explosé et la restriction renouvelée et, dans de nombreux endroits, indéfinie des activités économiques. Le découplage du développement des marchés financiers et de l'économie réelle était le thème dominant en 2020 et rien ne laisse présager actuellement que cette tendance va s'inverser dans un avenir proche.

Vaccination et mesures de soutien de l'État comme remède contre le Corona

Les marchés financiers influencent généralement beaucoup plus lourdement l'avenir que le présent. Les dynamiques futures comptent plus que la situation actuelle - même si cette dernière, avec toutes ses restrictions économiques et sociales, fait peser un lourd fardeau sur la majorité de la population. Mais avec le lancement de la plus grande campagne de vaccination de l'histoire de l'humanité, il y a enfin une lumière au bout du tunnel. Et alors que nous nous efforçons de sortir du tunnel, l'économie est maintenue en vie par un nouveau cycle de soutien gouvernemental. Un gouvernement démocrate américain qui dépense beaucoup et une Union Européenne tout aussi généreuse permettront d'amortir les difficultés rencontrées lors de la pandémie. Les États-Unis viennent de lancer un programme d'aide de 900 milliards de dollars en décembre pour aider les familles et les industries durement touchées.

L'UE envoie un signal fort

L'UE a également accompli ses devoirs: EUR 750 milliards pour un paquet d'aides Covid et EUR 1,1 billion pour promouvoir la digitalisation et une "économie verte". Cela met définitivement fin à 10 ans d'austérité. Même l'accord Brexit semble être une bonne nouvelle - du moins, c'est mieux que rien. "The Economist" écrit: La fin est le point de départ. L'accord Brexit réglemente la circulation des biens, mais pas celle des services et du secteur financier, qui est si important pour la Grande-Bretagne. Son plus grand voisin est et restera l'Europe continentale. Des négociations continues sur les relations communes sont inévitables - les Suisses ne le savent que trop bien.

Les dépenses publiques ne sont pas toutes égales

Aux États-Unis, l'augmentation des dépenses publiques, des déficits et de la dette, combinée à une balance commerciale déséquilibrée, a entraîné une dépréciation du dollar. C'est une bonne nouvelle pour les marchés émergents, qui empruntent principalement en USD. Il n'est donc pas surprenant que les nouveaux emprunts aient atteint un niveau record l'année dernière. De nombreux marchés émergents ont été moins touchés par la deuxième vague du Covid. En conséquence, la reprise de l'économie et des marchés a été plus rapide. Surtout en Chine et en Corée du Sud: l'indice CSI 300 et l'indice Kospi ont tous deux atteint de nouveaux sommets à la fin de l'année.

Contrairement aux États-Unis, en Europe, les perspectives d'augmentation de la dette publique ont eu un impact positif sur l'Euro. Il a légèrement augmenté par rapport au Franc Suisse et même fortement par rapport au Dollar. Les règles applicables à l'Euro sont-elles différentes de celles applicables au Dollar ? Non, la différence réside dans la réduction de la dette d'une part et dans l'excédent commercial de l'UE d'autre part. En outre, les dépenses prévues ont été considérées comme un signal politique fort pour l'Euro et contre les mouvements populistes au sein de la communauté monétaire.

Les évolutions sur le front des taux d'intérêt ont également été différentes de ce côté-ci de l'Atlantique et de l'autre. L'augmentation de la dette publique et la faiblesse du Dollar ont fait augmenter les attentes en matière d'inflation et, par conséquent, les taux d'intérêt des obligations d'État américaines. Pour les économies moins dynamiques du vieux continent, cependant, la dette supplémentaire n'est pas (encore) considérée comme un moteur de l'inflation. L'appréciation de l'Euro par rapport au Dollar pourrait même avoir un impact négatif sur l'économie. Dans ce contexte, les taux d'intérêt pour les investissements en Euro, en Livres Sterling et en Francs Suisse ont légèrement baissé au quatrième trimestre.

Une large reprise du marché en prévision d'une reprise économique durable et à long terme

L'activité économique et le chômage sont encore loin des niveaux d'avant la crise. Il faudra probablement un certain temps pour retrouver ces niveaux. Le moyen d'y parvenir est de recourir aux dépenses publiques, aux injections de liquidités ou même à la "monnaie hélicoptère". Mais le scénario d'une reprise économique est désormais clair. Ce scénario a clairement influencé la dynamique du marché au quatrième trimestre. Jusqu'en septembre, ce sont surtout les entreprises à forte composante technologique qui ont dominé le marché. Lorsque le marché anticipe le début d'un nouveau cycle économique, les entreprises "traditionnelles" de secteurs tels que l'énergie, la finance ou l'industrie ont tendance à en profiter également - c'est exactement l'image qui s'est dessinée au quatrième trimestre. Sur le plan géographique, la reprise au quatrième trimestre a également été plus homogène que lors des deux trimestres précédents, c'est-à-dire que l'Europe a de nouveau pu suivre le rythme des marchés américains. Au quatrième trimestre, les indicateurs de risque se sont affaiblis et se situent désormais bien en dessous de la moyenne à long terme, non seulement pour les actions, mais aussi pour les obligations et les devises. Dans ces circonstances, nos stratégies fondées sur le risque - comme en 2003 et 2009 - n'ont pu participer qu'en partie à la reprise et ont donc été très loin des indices de référence respectifs (pondérés en fonction du capital).

L'inflation - qui brille actuellement par son absence, mais qui est néanmoins le principal protagoniste

La peur de la pandémie et les restrictions économiques et sociales d'une part, les nouveaux records et les indicateurs de faible risque sur les marchés financiers d'autre part - des contradictions qui ne semblent pas être compatibles. Ou bien le sont-elles ? Un facteur économique est en retrait depuis des années, et c'est précisément pour cette raison qu'il joue un rôle important: l'inflation. L'absence d'inflation est le facteur qui soutient les énormes plans de relance économique et l’important approvisionnement de liquidités par les banques centrales en premier lieu. Comme nous l'avons déjà mentionné, ces mesures nous permettent d'arriver raisonnablement indemnes au bout du tunnel. La base théorique de l'impression et de la dépense illimitées de monnaie pour lisser les distorsions cycliques fait désormais parler d'elle: la Modern Monetary Theory (MMT – la théorie monétaire moderne en français). L'ancien économiste en chef de Morgan Stanley, Stephen Roach, s'exprime clairement: la MMT n'est ni moderne ni une théorie. Elle fonctionne tant que l'inflation est absente ou morte. En fait, nous voyons peu de risques d'inflation à l'horizon pour le moment. La seule chose, c'est que nous savons que nous n'avons pas vu venir le Corona non plus - un peu comme toutes les crises passées ont généralement été une mauvaise surprise. Nous ne voulons pas être rabat-joie et nous percevons des conditions fortes et solides pour une reprise sociale et économique saine. Cependant, nous constatons également une certaine fragilité du système. Les politiques monétaires et fiscales peu orthodoxes de ces dix dernières années ont systématiquement supprimé le risque de marché, faussé les mécanismes des marchés financiers et rendu l'ensemble du système dépendant de l'intervention publique. Tout cela constitue un risque latent pour les marchés financiers. Lorsqu'il s'agit d'investir à long terme, nous restons fidèles à notre principe traditionnel et plaçons le risque au centre de nos considérations. Si l'on suit ce principe simple de manière disciplinée, il faut malheureusement accepter qu'il y aura aussi des phases de performances médiocres - comme nous l'avons vécu au dernier trimestre et au cours des deux dernières années.

Zum Footer Zur Startseite