Zur Haupt-Navigation Direkt zum Inhalt

Commentaire du marché

3ème trimestre 2020

Temps de lecture 15 minutes
  • En somme, un agréable trimestre pour les investisseurs. Cependant, les risques latents restent élevés, ce qui se traduit par des niveaux supérieurs à la moyenne pour l’indice VIX.
  • La reprise en V attendue de l'économie a déjà eu un impact sur les marchés financiers: l'indice mondial des actions (marchés développés et émergents) a atteint un nouveau sommet historique au début du mois de septembre. Les principaux moteurs ont été une fois de plus les grandes valeurs technologiques.
  • Pour l'instant, les investisseurs se concentrent moins sur les fondamentaux et plus sur les chiffres d'infection et les dernières mesures de soutien des gouvernements. Cela a été relativement clair, surtout en septembre.
  • Les déséquilibres économiques structurels, les risques géopolitiques et l'incertitude entourant les prochaines élections présidentielles semblent laisser les marchés financiers indifférents. Au moins jusqu'à présent.


La reprise en forme de V est déjà dans les prix

Le scénario de base pour les marchés financiers reste une reprise de l'économie en forme de V. La dynamique du marché implique même un retour à une croissance substantielle des bénéfices et des flux de trésorerie dans les années à venir. Les mesures sans précédent prises par les gouvernements et les banques centrales fournissent la base nécessaire à un tel scénario. L'économie est sur la voie de la reprise, mais elle est encore loin des niveaux d'avant la crise - le "V" est loin d'être complet. En revanche, les marchés financiers ont déjà terminé leur "V". Le MSCI World et les marchés émergents ont atteint de nouveaux sommets historiques au début du mois de septembre. Toutefois, la dynamique n'est pas homogène et il existe des différences importantes entre les marchés européens et américains. Ces derniers ont été stimulés par des valeurs technologiques extrêmement fortes. Celles-ci représentent une très forte proportion du marché américain des actions. Mais la reprise a été assez sélective, pas seulement sur le plan géographique. La divergence entre les actions cycliques, orientées vers la croissance et les actions défensives s'est poursuivie ce trimestre.

La faiblesse du dollar a stimulé les marchés émergents. De nombreux analystes s'attendent à ce que cette tendance se poursuive au cours du prochain trimestre. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour le CHF et la BNS. Toutefois, elle devrait continuer à avoir un impact positif sur les marchés émergents libellés en dollars. Les taux d'intérêt ont légèrement baissé, ce qui s'est traduit par une performance positive des investissements obligataires. Les écarts de crédit ont également diminué, ce qui a profité aux emprunteurs moins bien notés. La perception du risque, telle que mesurée par l'indice VIX, reste à un niveau élevé. Bien qu'il ait légèrement diminué en juillet et août, il a ensuite augmenté en septembre, en raison de l'incertitude croissante des investisseurs. En fin de compte, septembre est le premier mois à s'être soldé par des rendements négatifs sur le marché des actions depuis mars.

Les effets asymétriques de la pandémie

Comme il a été souligné à plusieurs reprises, le Covid-19 a massivement accéléré la numérisation de l'économie et a ainsi déclenché un boom sur les valeurs axées sur la croissance et la technologie. Mais même l'investissement le plus attrayant à son prix. Les ratios (tels que prix/bénéfices ou prix/cash flow) obtenus par certaines des Mega Techs sont historiquement difficilement comparables. Dans le passé, des valorisations aussi élevées étaient généralement suivies d'une nette correction des prix. Pour ceux qui sont investis dans ces actions, il faut bien sûr espérer que l'histoire se déroulera différemment cette fois-ci. Les perdants de la numérisation accélérée sont les entreprises qui ne parviennent pas à adapter leur modèle économique aux nouvelles réalités. En fin de compte, non seulement les entreprises mais aussi chaque travailleur devront trouver leur place dans le nouveau contexte économique. Il n'est donc pas si facile de prévoir les effets de cette dynamique sur les résultats.

Une reprise du marché en forme de V basée sur des hypothèses assez fortes

La reprise de ces derniers mois n'aurait pas été aussi spectaculaire si elle n'avait pas été basée sur des hypothèses extrêmement optimistes. La majorité des acteurs du marché partent du principe qu'il n'y aura pas de nouveaux blocages et donc pas de déclin de l'activité économique. Un vaccin devrait également être lancé prochainement. Le fait que l'on s'attende à ce que les gouvernements et les banques centrales continuent à fournir des mesures de soutien et des liquidités suffisantes est presque une évidence. La nervosité du marché face aux écarts par rapport à ces points a été mise en évidence lors de la correction du marché en septembre. La hausse des taux d'infection et l'incertitude quant à un deuxième plan de relance américain ont suffi à amorcer une tendance en faveur de titres plus défensifs. Le résultat de l'élection présidentielle devient également une question de plus en plus importante pour les marchés. En particulier en cas de défaite de Trump, le bon fonctionnement du gouvernement et le soutien de l'économie ne peuvent être garantis.

La divergence entre les hypothèses positives du marché et les nombreuses questions ouvertes que nous rencontrons chaque jour reste un mystère pour beaucoup. Les effets à long terme de la pandémie, ainsi que les problèmes structurels croissants et la distorsion de l'économie qui en résulte, ne semblent pas refroidir l'optimisme de nombreux acteurs du marché. En effet, tant que les banques centrales fournissent des liquidités suffisantes, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Et pour convaincre même les derniers sceptiques, la FED a clairement indiqué en août que la lutte contre l'inflation n'est plus une vache sacrée. Un taux d'inflation supérieur à 2% sera certainement admis dans ce nouveau contexte. Les craintes d'une politique monétaire plus restrictive ne sont donc pas fondées, même si l'inflation devait augmenter. Le message de la FED aux investisseurs ne pourrait être plus clair: Détendez-vous!

La peur de manquer quelque chose

Compte tenu de nos performances moins attrayantes ces derniers trimestres, nous sommes conscients que la peur de manquer quelque chose est relativement grande. La tentation de sauter sur les Mega Tech est attirante. Mais l'histoire doit être un avertissement pour nous. Tant que les principes fondamentaux de l'investissement ne sont pas réécrits, nous pensons que l'accent mis sur le risque et la diversification est la meilleure voie à suivre - même si cela peut sembler plutôt ennuyeux et dépassé dans un tel environnement de marché. Il est clair pour nous que cette approche d'investissement exige de nos clients confiance, patience et discipline. Mais dans un environnement économique, social et géopolitique aussi difficile, elle est d'autant plus justifiée.

Zum Footer Zur Startseite